BANNIERE CAFE BAR DON PERO
Sunday, August 1, 2021
L'Information Sportive en Continu


Chartes des Sports – Politique des Sports – Loi sur le financement : « Le Président Julien Minavoa a été impérial »; Sosthène Sèflimi

1 196 vues , dans Annonces Athletisme Autres Disciplines Baby Foot Badminton Basketball Boxe Cyclisme Escrime Football Golf Gymnastique Handball Infos Judo Karate Lutte Maracana Natation Petanque Roller-Sports Rugby Scrabble Tacle Sports Taekwondo Tennis Tonsimin Ball Volley-ball , le 3 mai 2021 Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,


 

Lors de sa rencontre avec un groupe de journalistes triés sur le volet, Sosthène Sèflimi, acteur sportif qu’on ne présente plus dans le microcosme sportif béninois n’a pas manqué d’évoquer la question de l’actualisation de la Charte des Sports et des documents connexes.

 

D’entré de jeu, Sosthène Sèflimi estime que la mise en place du Comité technique de suivi par note de service N°051/MSp/DC/SGM /DPP/SA du 12 juin 2020 signée du Ministre Oswald Homéky est une noble idée. Selon lui, en prenant l’initiative de mettre en place un Comité pour élaborer de nouveaux textes pour encadrer la pratique sportive au Bénin, << le Gouvernement du Président Patrice Talon nous a fait rattraper plusieurs décennies de retard >>. Aussi, pour avoir eu la chance et le privilège de travailler au sein de ce que Comité, l’homme a apprécié la qualité du travail fait qui a été surtout fonction du casting réussi par le Ministre Oswald Homéky. Reconnu pour son franc-parler, Soso déclare avoir découvert au sein du Comité des << personnes très cultivées et disponibles, travailleurs et patriotes, réunies autour du Président Julien Minavoa qui a été impérial à tous les instants >>.

 

En effet, la Charte des Sports en vigueur au Bénin date de 1991, au lendemain de la Conférence nationale. À en croire Sèflimi, il y a longtemps déjà qu’elle ne répond plus aux aspirations des acteurs sportifs. << Cette Charte vieille de 30 ans ne mentionne aucune disposition qui encadre le Sport professionnel et elle reste muette sur bien des aspects essentiels de la vie sportive >>; soutient-il avant d’ajouter que depuis 1960, aucun Gouvernement ne s’est doté d’un document portant politique nationale des Sports. << C’est au pif que tout se faisait et chaque Ministre qui venait se déclarait plus intelligent que son prédécesseur et ouvrait ses chantiers à lui, conformément à sa vision marginale de ce que doivent être le développement et la promotion du Sport >>; déplore cet chroniqueur sportif.

 

<< Le Sport a été sevré des financements privés car une loi n’a jamais existé pour encadrer l’accompagnement des entreprises privées >>; a-t-il fait savoir puisque visiblement, c’est tous les 30 ans que nous amendons la Charte des Sports. C’est pourquoi il salue l’idée de la mise en place de ce Comité pour être le plus ambitieuse possible, afin que l’on puisse intégrer des paramètres qui aujourd’hui ne sont pas encore bien visibles pour tous. << Nous avons beaucoup travaillé sur les perspectives. Ce qu’on a fait par document, c’est un avant projet. Le processus n’est pas encore à son terme car, les politiques relèvent des prérogatives du Gouvernement et les lois de l’Assemblée nationale. Pour ce qui de la politiques nationale des Sports, le Gouvernement peut bien solliciter des compétences pour jeter un nouveau regard sur le document que nous avons déposé et l’adopter sans autres formes de procédures. Mais en ce qui concerne la Charte des Sports et la loi sur le financement du Sport, il y a encore plusieurs étapes à franchir. La procédure est longue et il ne faudra pas la brusquer >>; explique Sosthène Sèflimi avant d’annoncer que la pression est forte sur le Gouvernement pour la suite mais il reste confiant. << Je sais qu’il prendra le temps de bien faire >>; a-t-il rassuré.

 


Pérez Lekotan

 

Comments