Friday, October 7, 2022
L'Information Sportive en Continu


Football | 51 964 vues

Football / Entretien : « J’étais bastonné par les policiers » ; Ibrahim Ogoulola

Dans un entretien libre dans le groupe Les Supras Béninois, l’international footballeur béninois, le milieu de terrain Ibrahim Ogoulola de…

51 964 vues , dans Football , le 12 avril 2020 Étiquettes : , , ,


Dans un entretien libre dans le groupe Les Supras Béninois, l’international footballeur béninois, le milieu de terrain Ibrahim Ogoulola de 20ans n’a pas manqué de faire un zoom sur sa jeune carrière. Le milieu défensif de l’As Tonnerre de Bohicon parle de ses passages en équipes nationales et de son aventure avec les Ecureuils. 

Où avez-vous débuté votre carrière de footballeur ? 

J’ai débuté ma carrière dans un petit club de Wologuèdè qu’on appelait jeunesse Sportive de Wologuèdè : JSW. Après, j’ai joué dans plusieurs clubs. Il s’agit des Requins de l’Atlantique, d’Énergie Fc de la Société béninoise électrique (Sbee) et de l’As Tonnerre où je suis en ce moment. 

Parlez-nous de votre passage chez les Awissi Wassa et chez les électriciens ?

J’ai fait 2 ans avec eux. Mais, si je dois parler de tout ça, ce serait long. On peut retenir déjà qu’en 2016 on a joué le maintien et la seconde année malheureusement, c’était un mauvais souvenir pour tous, car relégué en division inférieure, triste quand même. Avec Énergie Fc, je me suis engagé en accord avec mon agent où j’ai déjà un projet en cours. Je n’ai pas fini la saison avec eux. Sinon, je voulais plus donner au club mais les projets ont fait que je suis parti. Le plus important est que le staff m’a compris

Qu’est-ce qui vous a motivé à signer à l’As Tonnerre de Bohicon ? N’avez-vous pas eu d’autres propositions de contrat ?

Oui, comme tout joueur, j’ai eu des propositions avant le démarrage du championnat, mais je peux dire que c’est un choix personnel et l’aide de ceux qui me guident. Le plus excitant est le projet et l’ambition du club qui m’ont envoyé là-bas. 

On a eu échos des informations selon lesquelles vous étiez hors du pays pour un test (Turquie). Qu’en est-il réellement ??

Oui, je suis parti en Turquie en décembre 2018 pour des essais qui étaient tous concluants. Je ne suis pas resté avec certains clubs parce qu’il y a des détails qui m’en ont empêché. La bonne nouvelle est que j’ai fini la saison avec Gençirbilgli U21 (club du capitaine Stéphane Sessegnon). Ce qui est grave est qu’en fin de saison il y a plus équipe réserve en Turquie. C’est ce qui a causé mon retour au pays pour me relancer dans la Vitalor ligue 1. 

Vos performances chez les Requins au cours de la saison 2015-2016 vous ont valu une première sélection sous les ordres du coach Oumar Tchomogo.

C’est un rêve d’enfance parce qu’il y a un an derrière, j’étais dans les vons. Un jour, j’étais au stade pour suivre un match. Après et sous la pluie je voulais toucher le Capitaine Stéphane Sessegnon et les policiers m’ont bastonnés. Un an plus tard, partager le même stade avec lui, était pour moi un sentiment de joie immense. Je ne le croyais pas.

Les stades sont fermés sur tout l’étendue du territoire national, que faites-vous au quotidien pour maintenir votre forme ? 

J’ai une application en ligne fitness. Les matins, je fais l’exercice envoyé ou je vais sur ma dalle faire le cadio. Il y a des jours que je vais à la plage courir. Mais, c’est vraiment difficile parce que tout ça ne suffit pas, le terrain me manque trop c’est difficile pour moi.

Sènankpon Pérez Lekotan  

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.