Saturday, September 24, 2022
L'Information Sportive en Continu


Infos | 9 320 vues

Football / Talents Sports : Moussa Latoundji, l’homme ancré dans nos têtes

Ce numéro de votre rubrique  » Talents-Sports  » de la plateforme www.benin-sport.com vous retrace avec plaisir le parcours de l’homme qui a…

9 320 vues , dans Infos , le 7 juillet 2020 Étiquettes : , , , , ,


Ce numéro de votre rubrique  » Talents-Sports  » de la plateforme www.benin-sport.com vous retrace avec plaisir le parcours de l’homme qui a ancré son image dans la tête de tous les béninois, Moussa Latoundji. 1m83 accompagnée de 75kg, charisme nécessaire pour donner la peur au ventre des adversaires. Surtout une détermination dans une endurance objective, ce sont les qualités qui ont amenés l’homme de  » Adjatché  » à s’unir avec le football.
L’amour de la gagne
Né le 13 Août 1978 dans la capitale du pays (Porto-Novo), le jeune garçon apprécie la beauté du geste couvrant l’esprit de compétition inné en lui. Latoundji aime la gagne. Dévoué à réaliser ses rêves, le milieu de terrain issue d’une famille de footballeur débute sa carrière dans le championnat scolaire. Très tôt, il s’offre un lien avec le club de sa ville natale, les « Dragons de l’Ouémé » alors l’un des meilleurs de la sous-région. Mais avant, ses performances ambitieuses en championnat scolaire lui ouvrent avec ses 14 ans, les portes de la sélection nationale le 17 janvier 1993. Une intégration qui fait alors du jeune béninois, le 3e plus jeune international de l’histoire et le plus jeune international du continent africain. Avenir de toute une nation, il est toujours dans le milieu de terrain avec son remarquable dossard 2; Moussa Latoundji est l’homme des sales boulots, déjoué le rideau offensif adverse, il adore cela. Après avoir passé 5 bonnes saisons avec les Dragons, en remportant plusieurs trophées dont le championnat national ainsi que la coupe du Bénin, le technicien béninois dépose ses valises au Nigéria après 6 à 8 mois d’indisponibilité suite à une blessure au genou. Conscient que « S’il y a pire d’avoir échoué, c’est de n’avoir pas essayé », il va faire un test pour rejoindre « Julius Berger » dès 1997. Un test mettant en concurrence plus de 250 joueurs dont il sort recruter. La seule saison passée au Julius Berger va permettre au vaillant Ecureuil de remporter le championnat nigérian de même que la Coupe du Nigéria mais surtout connaître la Coupe d’Afrique des Clubs Vainqueurs de championnat dont il perd la finale face au Jeunesse sportive Kabylie (JsK) de l’Algérie sans oublier qu’il a été successivement deux fois meilleur buteur du championnat nigérian. Fruit de son temps, il va connaître après le Nigéria la mésaventure d’une saison morte alors qu’il était déjà en contrat avec la réserve du Fc Metz en France.
L’Allemagne, destination d’une carrière stable
Animé par l’esprit de la gagne, il rejoint sans tarder l’Allemagne où il rencontre son capitaine de la sélection nationale, Amadou Moudachirou à Energie Cottbus de 1998 à 2005. Avec Énergie Cottbus, il va connaître les meilleurs moments de sa carrière. Le club en D2 à son arrivée va monter en Bundesliga (D1 allemande) en 2000 pour y demeurer jusqu’en 2003. Après 3 saisons passées en D1, Énergie chute en D2. Élu plusieurs fois l’un des trois meilleurs joueurs du club, le milieu de terrain béninois reste encore 2 saisons en D2 avec le club avant d’être déçu par une blessure au genou qui donna précocement fin à son rêve de grand joueur.
Naissance d’un nouveau rêve
Amoureux du cuir rond, Moussa Latoundji ne s’éloigna pas de si tôt le rectangle vert. Il fait très tôt ses études d’entraîneur en Allemagne et obtient son diplôme. Après son parchemin d’entraîneur, il fut co-entraîneur de Ludwisfielder de l’Allemagne. Il retourne de suite au pays pour se mettre au service de son club de cœur, les Dragons de l’Ouémé en 2009. Après une saison passée sur le banc des oranges et noirs de Porto-Novo, il s’offre le banc de touche des krakés-boys de Sèmè-Kraké (Ussk) entre 2010 et 2011. Quelques temps après, il va connaître des expériences avec l’équipe nationale du Bénin sous les ordres de Edmé Codjo dont il a été l’adjoint avant de faire partir de la délégation béninoise au Brésil pour le projet « Olé Brasil Futebol Clube ». Après quoi, le football béninois va connaître un temps de tempête mais Moussa prend une nouvelle destination, le Gabon, pour diriger le CMS Libreville pendant la saison 2013-2014. À la tête de l’Union Nationale des Entraîneurs Éducateurs et Cadres techniques du Football (Unecatef-Benin), Moussa sera à son retour du Gabon, nommé adjoint de Michel Dussuyer avec qui il va connaître son meilleur souvenir du temps en tant qu’entraîneur à la Can Égypte 2019 où le Bénin fini les armes à la main en quart de finale face au Sénégal du ballon d’Or africain, Sadio Mané (1-0). Ces potentialités et expériences acquises vont emmener les dirigeants du Football béninois à lui confier l’équipe nationale locale.

Réalisation : Karol Sékou

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.