Friday, October 7, 2022
L'Information Sportive en Continu


Infos | 46 245 vues

Rubrique du Jour / Bénin Sports à cœur ouvert :  » J’ai toujours eu la double culture africaine-européenne « ; Mickaël Poté

Pour le troisième numéro de sa nouvelle saison, l’émission « Bénin Sports à cœur ouvert » a reçu ce lundi…

46 245 vues , dans Infos , le 24 avril 2020 Étiquettes : ,


Pour le troisième numéro de sa nouvelle saison, l’émission « Bénin Sports à cœur ouvert » a reçu ce lundi 20 avril 2020, en live Facebook l’international footballeur béninois Mickaël Poté. Maître à jouer et emblématique joueur des Écureuils du Bénin, l’actuel sociétaire du Büyükşehir Belediye Erzurumspor (Bb Erzurumspor) en Turquie évoque avec nous ses premiers contacts avec le Bénin, son académie de football, la suite de sa carrière et son parcours avec les Écureuils du Bénin. 

Âgé de 35ans et né en France, l’attaquant Mickaël Poté n’était pas forcément parti pour porter le maillot jaune du Bénin. Il explique : « déjà il faut savoir que j’ai un papa ivoirien, une mère béninoise, que je suis né en France et j’ai grandi à Lyon. J’ai toujours eu la double culture africaine-européenne . A 18ans, quand j’étais au centre de formation, c’est d’abord dans l’équipe ivoirienne de jeunes que j’ai été appelé. Après j’ai opté pour le Bénin parce que c’est le pays qui s’est vraiment manifesté pour m’avoir. Du côté de la Côte d’Ivoire, je faisais parti de la génération Drogba donc c’était moins évident. Comme je l’ai toujours dit, le Bénin et la Côte d’Ivoire restent mes deux pays. Pour ça il n’y a pas de problèmes. »

Avec 55 sélections, 9 buts, 3 passes décisives et son classement de 4e meilleur buteur des Écureuils derrière Stephane Sessegnon, Razak Omotoyossi et Omar Tchomogo, Mickaël Poté refuse le statut de “légende vivante des Écureuils” : « en sélection nationale, on ne représente pas une ville mais tout un pays. On joue pour offrir de la joie et la fierté à nos compatriotes. La légende, ce n’est pas moi mais ce sont tous les joueurs qui se battent ensemble pour leur nation ». Seul béninois ayant franchi la barre des 100 buts en carrière et également 12ème meilleur buteur africain de la décennie (164 buts, 450matchs), également seul béninois à avoir disputé la Ligue des champions et meilleur buteur béninois en compétition européenne (5buts) Mickaël Poté livre son secret : «Rires… je dirai qu’il n’y a que le travail qui puisse te permettre d’en arriver là. Dans tous les clubs où je suis passé depuis le bas, même si je n’étais pas le meilleur, j’essayais toujours de le devenir. A partir du moment où je me fixe un objectif, je ne lâche pas l’affaire, que ce soit à l’entraînement ou en match. »

Quant à la suite de sa carrière, le joueur béninois n’a pas encore les idées claires : «quand est ce que je compte arrêter ? Honnêtement, je ne saurais le dire. Tant que Dieu me donne la force et que mon corps suit, je continuerai. C’est vrai que j’aime tellement le ballon que pour le moment je ne me vois pas faire autre chose. J’ai peut-être 35ans mais dans ma tête ça ne se passe pas du tout comme ça. J’ai encore des objectifs personnels que j’aimerais atteindre avant de me retirer »

Mickaël Poté pense également au football à la base au pays. Depuis 2012, il a mis sur pied une académie de football à Cotonou dénommée Poté Joseph : « c’est une académie créée depuis 2012 qui regroupent des jeunes de 12-13ans jusqu’à 18-19ans. Ces enfants sont scolarisés, nourris et hébergés sur place. Le programme est conçu de tel sorte que les enfants puissent aller à l’école mais aussi s’entraîner tous les jours. Le travail évolue bien puisque l’équipe de l’académie a déjà remporté plusieurs trophées. Nous avons aussi de jeunes joueurs qui vont déjà en sélection nationale. »

Audace Azondékon

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.