Friday, October 7, 2022
L'Information Sportive en Continu


Football | 7 065 vues

Ballon d’Or : Le temps de la renaissance ou du ballon de la discorde

[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »] Il est temps de le dire. L’Africain des contes de grand-mère n’est plus à la mode….

7 065 vues , dans Football , le 2 décembre 2019


[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »]

Il est temps de le dire. L’Africain des contes de grand-mère n’est plus à la mode. Sa solidarité légendaire et son hospitalité vibrante, qui ont traversé l’espace, ont défié le temps et trouvé leur limite. Solidaire, le Wolof l’est (cela aurait pu être tout autre groupe linguistique) avec ses frères, mais l’est-il avec le Baoulé ? Si je tends la main à un frère qui parle la même langue que moi, je ne suis pas le bon samaritain de la parabole. Si je secours une personne ayant un lien de parenté aussi éloignée, soit-il, je ne suis pas charitable. Si je ne fais que cela, je ne suis qu’un entrepreneur qui attend son retour sur investissement. Voilà là où nous conduit notre avidité qui fera parler d’elle pour les temps à venir. 

L’intérêt collectif a désormais laissé place à un nombrilisme qui ne peut que nous nuire. Une colonie particulière de fourmis a tôt fait de comprendre, le respect de l’unité dans une communauté. Selon l’histoire, elles s’agglutinent les unes sur les autres pour éviter la noyade lors de la traversée des fleuves. Et selon grand-mère, par cette association, elles évitent ensemble le massacre que l’eau leur réserve a priori. Vous comprenez que ces petites bestioles ont tant de choses à nous apprendre ? Salah aurait servi volontiers d’échelle à Mané, juste parce qu’il a eu une coupe d’Afrique décevante, s’il savait seulement que c’est l’Afrique qui gagnerait en obtenant ce ballon d’or, et non son coéquipier de Liverpool. D’ailleurs, s’il manque de lui faire des passes pour qu’il marque des buts en clubs pour l’atteinte des objectifs collectifs, il n’y a aucun doute qu’il le concurrence pour ce trophée. J’ai vu des Wolofs heureux pour Salah lors de son premier Ballon d’or africain. Mais, Sadio a plus d’impact sur les Lions aujourd’hui que Salah sur les Pharaons. 

Voilà ce qu’ils ignorent en fait. Le sacre d’un Africain au plus grand des trophées individuels en foot serait la victoire de ces centres de formations qui s’échinent avec leur moyen quoique super limité, à nous former des joueurs de qualité. La victoire de ces jeunes joueurs qui parce qu’ils ne sont pas Brésiliens, ou occidentaux sont obligés d’aller dans  des championnats de facture approximative. 

Mais est ce que tous les frères de Sadio Mané ont voté pour lui ? 

Messi en gagnant pour la 6 fois le ballon d’or, si cela arrivait, aura valorisé le foot business. C’est l’argent qui appelle l’argent. Il est talentueux. Je le reconnais. Il joue mieux que Sadio, je le lui accorde. Mais son talent en 2019 à servir à quoi jusqu’ici ? À marquer des buts sans valeur et à être incapable de mettre un seul but contre Liverpool au match retour de la demie finale de LDC alors que Barcelone menait de 3 buts à zéro avant le coup d’envoi. Qui plus est, cette équipe qui a étripé l’équipe de l’Argentin va remporter la coupe au grandes oreilles. D’ailleurs de cette confrontation, est normalement né, celui qui devait remporter le Ballon de cette saison. 

Mais si l’Afrique veut grandir, elle se doit de rechercher cette union légendaire qui est restée fidèle aux légendes qui nous sont parvenues. La résurrection des belles reliques du passé, devra redonner de l’espoir à cette Afrique moribonde. 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.