Friday, October 7, 2022
L'Information Sportive en Continu


Football | 53 391 vues

Football / Coronavirus :  » Chacun pense à sauver sa tête du coronavirus « ; Maxime Dovonon

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) provoquée par un nouveau virus qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain…

53 391 vues , dans Football , le 2 avril 2020 Étiquettes : , , , ,


La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) provoquée par un nouveau virus qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain a touché aussi les initiatives de football dans le monde comme au Bénin. A Cotonou, comme à Parakou, tout est coupé au niveau des centres et initiatives de formation. Ce virus qui provoque une maladie respiratoire analogue à la grippe avec des symptômes comme la toux, la fièvre et, dans les cas les plus sévères, une pneumonie est confondue au paludisme. 

A Parakou, les effets sont les mêmes. Tout est aux arrêts, les séances d’entrainements arrêtés, les joueurs libérés et livré à eux-mêmes. A en croire Maxime Dovonon, président de Sika Sports de Parakou, le corona virus a un impact négatif sur le sport béninois qui est en reconstruction. « Nous avons un championnat de niveau moyen et les responsables cherchent à le rehausser et brutalement le corona virus vient mettre fin à toutes les activités sportives. C’est fatal » ; indique Maxime Dovonon. Pour lui les conséquences de cette situation sont énormes. Il évoque la chute de niveau du sport béninois et du championnat ; le business sportif gâté parce que l’objectif des dirigeants est de placer les joueurs dans les pays  occidentaux et plusieurs personnes (dirigeants et athlètes) vont quitter le secteur parce que le retour sur l’investissement n’est plus assuré. Au sujet de la mise en application des mesures de sécurité prise par le Gouvernement, le président de Sika Sport estime que c’est un calvaire pour le bien de tous. 

L’affaire ets compliquée. « Le confinement partiel se gère difficilement parce que ce n’était pas dans nos habitudes » ; confie Maxime Dovonon qui précise que chacun reste chez lui pour éviter d’être contaminé. Au niveau de Sika Sports, « il n’y a plus de regroupement des joueurs. Chacun pense à sauver sa tête du coronavirus. On parlera du foot après la maîtrise de ce virus » ; précise-t-il. 

Mais pour remédier à cette situation, avec la fermeture de tous les stades au Bénin et à défaut des entraînements collectifs, les joueurs travaillent de façon individuelle avec toutes les conséquences possibles. « Dans ces conditions, c’est très difficile de suivre la formation de nos joueurs. Beaucoup de joueurs sont négligents et ne font rien à la maison » ; se désole Maxime Dovonon, président de Sika Sports de Parakou.

De Parakou, Pérez Lekotan 

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.