BANNIERE
Tuesday, November 30, 2021
L'Information Sportive en Continu


Football | 1 629 vues

Football : « On se croirait dans un film de science-fiction » ; Didier Ollé-Nicolle

Sélectionneur des Ecureuils du Bénin dans les années 2014 (14 février-18 septembre), le Français Didier Ollé-Nicolle parle en exclusivité dans…

1 629 vues , dans Football , le 25 mars 2020 Étiquettes : , , ,


Sélectionneur des Ecureuils du Bénin dans les années 2014 (14 février-18 septembre), le Français Didier Ollé-Nicolle parle en exclusivité dans Bénin Sports. Dans cet entretien, l’ancien entraineur de l’US Orléans, club de Ligue 2 en France revient sur son passage au Bénin, ses relations avec les béninois et évoque ce moment de confinement qu’il vit avec le Coronavirus

Coach, comment vivez-vous ce moment de Coronavirus ?

Comme tout le monde, ce virus nous est tombé dessus, il rôde, il fait chaque jour de plus en plus de morts et le pire semble arriver les jours prochains comme en Italie. Donc, tout le monde est confiné à la maison. On ne peut sortir que pour faire les courses pour manger une ou deux fois par semaine avec des laisser passer contrôlés par la police. On se croirait dans un film de science-fiction, sauf que c’est la réalité. C’est là qu’on se rend compte qu’on est très petit face à Dieu et face à la nature. Cela permet aussi de se ressourcer sur soi-même de faire le point sur l’essentiel de la vie et les vraies valeurs. On suit bien sûr l’actualité du monde et on espère tous les avancées de la science pour éradiquer ce poison invisible. Pour ma part, j’ai une forêt à 50m derrière chez moi, donc je vais courir un peu le matin pour rester actif et ensuite, télé, internet, lecture, téléphone et préparation de projets ; car tout repartira. *Mais, à force les journées sont longues*.  Tant que nous ne sommes ni touché, ni dans les hôpitaux, nous et nos proches, il faut rester tranquilles et raisonnables. 

Le sport est aux arrêts depuis plusieurs jours. Votre analyse sur la question ?

Le sport est aux arrêts depuis plusieurs semaines maintenant et j’estime que c’est justifié. Impossible de faire courir le risque aux sportifs d’échanger, d’être à proximité les uns les autres, de transpirer, de se toucher et donc de véhiculer le virus à vitesse grand V. Idem pour les spectateurs dans les tribunes avec promiscuité embrassades et serrages de mains. Il faut s’isoler, donc empêcher absolument tous les rassemblements. Après on ne sait pas quand ça va reprendre. A mon avis pas avant deux mois. On donne des programmes individuels aux joueurs afin qu’ils s’entretiennent physiquement à base de travail aérobie sur vélo ou tapis pour ceux qui ont du matériel chez eux ou footing pour ceux qui ont un jardin ou un lieu près de chez eux où ils peuvent courir seuls, car ça c’est encore autorisé en France. Même si ça peut aussi vite changer (peut être aujourd’hui d’après les infos) et travail personnel de renforcement musculaire à la maison avec haltères abdominaux grainage travail avec bancs. Il faut s’adapter rester actifs, ne pas se laisser aller, et rester positifs faire marcher ensemble l’esprit et le corps et être encore plus prêts à être forts quand on reprendra une vie normale. Il faut être persuadé qu’on gagnera et qu’on prendra tous conscience qu’être en bonne santé, libres, sont les seules vraies richesses de notre vie et le sport permet plus que tout cet épanouissement. 

Vous suivez toujours le football béninois ? Si oui, votre regard sur ce qui se fait ?

Bien-sûr ! Je suis toujours le sport et le foot béninois avec toutes les relations que j’ai gardées avec les joueurs de la sélection, voir d’autres que j’avais rencontrés et que je fais un peu travailler au pays. J’ai suivi les bons parcours des Ecureuils depuis que Michel Dussuyer est en place. J’en profite pour le féliciter du très bon travail qu’il a effectué depuis son retour avec son staff. Il me semble que la fédération semble vouloir être sérieuse se structurer et avancer logiquement, en construisant et travaillant. Il faut bien sûr améliorer la logistique et les équipements, infrastructures afin de développer le football au pays ; car il y a de bons jeunes, les championnats semblent tenir avec plus de rigueur. J’espère juste que les gens à la tête du ministère, de la fédération et des clubs resteront sérieux, joueront le développement collectif et l’intérêt général et pas uniquement pour eux, attention aux rapaces il y en a partout. J’ai adoré ce Pays et son football et je reviendrai bientôt vous voir. 

Un mot aux béninois…

Béninoises et Béninois, j’ai un peu appris à vous connaître et à vous découvrir. Malheureusement, la période était peu propice au développement, je sens que maintenant, c’est plus logique et vous représentez une belle période de ma vie. Je n’en conserve que le meilleur. Je voudrais saluer le président Augustin Ahouanvoébla, le jeune et dynamique Laurent Houngnibo, Brenda, Waidi, Olivier, le capitaine Stéphane, et tous les autres et toi aussi Pérez. Amis, protégez-vous et restez chez vous. 

Réalisation : Pérez Lekotan

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *