Thursday, May 23, 2024
L'Information Sportive en Continu


Actualité, Football, Infos, Sports | 18 275 vues

Football : SALIMA MUKANSANGA, l’arbitre pionnière de l’Afrique prête à inspirer la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023

L’ascension de Salima Mukansanga au sommet de la hiérarchie arbitrale d’Alex a été fulgurante. La Rwandaise, qui aura 35 ans…

18 275 vues , dans Actualité Football Infos Sports , le 25 juillet 2023 Étiquettes :


L’ascension de Salima Mukansanga au sommet de la hiérarchie arbitrale d’Alex a été fulgurante. La Rwandaise, qui aura 35 ans le 25 juillet 2023, fêtera son anniversaire entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande, où elle arbitrera sa deuxième Coupe du Monde Féminine de la FIFA. 

Mukansanga, qui a officié pour la première fois lors du jamboree mondial des nations de football féminin il y a quatre ans à Paris, est folle de joie à l’idée d’officier dans cette compétition. « Je suis très excitée parce que c’est ma Coupe du monde. Au Qatar, c’était une très grande coupe du monde, mais la Coupe du monde féminine est ma place, sans aucune restriction. Dans la Coupe du monde masculine, il y a surtout des hommes et dans la Coupe du monde féminine, c’est là que nous avons notre place. Lors de la Coupe du monde masculine, nous avions environ trois femmes arbitres ».

L’arbitre rwandaise présente à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023 a la réputation d’être l’une des rares femmes à avoir dirigé des matches de la Coupe du Monde masculine et de la Coupe du Monde Féminine. Mukansanga est convaincue que le niveau des deux compétitions mondiales est passionnant.

« Le niveau de la compétition et le niveau du football sont différents, mais tous les joueurs jouent au football et l’arbitrage est le même. Les lois du jeu sont les mêmes ». « J’ai participé à la Coupe du Monde Féminine en France en 2019, mais maintenant c’est différent, il y a deux pays, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et il y a d’énormes attentes, je n’y suis jamais allée, donc je m’attends à quelque chose de nouveau, à voir un meilleur football. Ce sera une très grande compétition où nous verrons du nouveau, quelque chose de différent, quelque chose de meilleur. 

Mukansanga a attrapé le virus du football très jeune et elle se souvient que ses interactions avec le monde du football ont été très précoces. « Je suis tombée amoureuse du football très jeune parce que je suis née dans une famille où mon père dirigeait un club de football et où nous étions en contact avec les joueurs, les entraîneurs et les gens du football, profitant de ces moments ensemble. 

« Très souvent, les gens blâmaient les arbitres lorsque les matches ne se déroulaient pas bien et tout cela m’a inspiré. L’arbitre peut changer le cours d’un match, c’est ce qui m’a poussé à devenir arbitre ». « Ma famille ne voulait pas que je joue au football. La plupart du temps, les filles rentraient chez elles avec des blessures parce que le terrain n’était pas bon. Mes parents m’ont donc conseillé de ne pas jouer au football parce que cela pourrait avoir un impact sur ma vie. J’ai donc préféré jouer au basket-ball tout en continuant à regarder le football, l’arbitrage étant une source d’inspiration pour moi. 

Si Salima Mukansanga a davantage joué au basket et regardé le football, une déception l’a ramenée à sa passion pour les terrains de football. « J’ai raté l’occasion d’être sélectionnée dans l’équipe féminine de basket-ball des moins de 17 ans et, à la même époque, une annonce a été faite concernant les personnes intéressées par le métier d’arbitre de football. J’étais ravie car j’y avais pensé. C’est ainsi que je suis passée du statut de basketteuse à celui d’arbitre de football ».

Une fois que Mukansanga a été engagée, elle n’a jamais regardé en arrière, impressionnant et inscrivant son nom dans les annales de l’histoire du football. Lors de la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun l’année dernière, Mukansanga, qui est également infirmière, est devenue la première femme à arbitrer la compétition africaine, à la tête d’une équipe d’arbitres entièrement féminine. 

Forte de son expérience en tant qu’arbitre de la Coupe du monde, de la Coupe d’Afrique des Nations et des Jeux olympiques, Salima Mukansanga est devenue le fer de lance du changement, prenant sur elle d’inspirer la prochaine génération d’arbitres exceptionnels en Afrique. « Aujourd’hui, au Rwanda, beaucoup de gens me regardent et se disent que si Salima peut être arbitre, être professionnelle, être payée et faire du bon travail, alors d’autres jeunes femmes et d’autres personnes peuvent le faire aussi. 

« Dans beaucoup de pays africains, il y avait un problème de genre, les gens ne pensaient pas à l’équité et à donner des opportunités aux femmes. Il y a aussi les barrières culturelles et religieuses. Je suis née musulmane et voir une fille porter un short n’était pas quelque chose que beaucoup de gens acceptaient. Les gens préfèrent laisser la place aux garçons et ces stéréotypes perdurent. Mais si vous voulez réaliser vos rêves, vous devez y croire et vous battre pour y arriver. 

« Je suivrai ce que dit la loi et donc, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes sur le terrain, j’appliquerai les lois. Un arbitre peut faire des erreurs, cela arrive, mais il est important de comprendre que nous voulons toujours faire notre travail. Avec l’expérience accumulée en tant qu’arbitre lors de tournois majeurs, le Rwandais a du mal à choisir son moment préféré dans une carrière riche en événements. 

« Mon meilleur souvenir est d’avoir été nommé à la Coupe du Monde de la FIFA 2022, d’avoir vu ces merveilleux joueurs, d’avoir officié dans un grand stade avec une foule incroyable. Ce sont des choses que l’on ne peut jamais oublier », conclut Salima Mukansanga.

La Rédaction

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *