Tuesday, September 27, 2022
L'Information Sportive en Continu


Football | 1 668 vues

Jeux Inter-campus 2019 : La comédie de Ghislaine Fagbohoun

[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »] Démarrée le 18 décembre 2019, la 4e édition des Jeux inter-campus 2019 a connu son épilogue,…

1 668 vues , dans Football , le 24 décembre 2019


[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »]

Démarrée le 18 décembre 2019, la 4e édition des Jeux inter-campus 2019 a connu son épilogue, ce lundi 23 décembre 2019 sur le terrain de football de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). Organisée par le Centre des œuvres universitaires et sociales d’Abomey-Calavi (Cous-AC), cette édition a pris fin avec le sacre des équipes de l’Université de Abomey-Calavi (Uac) au football et au Basket-ball.

La seule question que l’on se pose, quel est l’objectif visé par la directrice du Cous-Ac, Ghislaine Fagbohoun. En effet, depuis son arrivée, elle n’a pas jugé utile de financer les activités du sport universitaire. Pour preuve, son arrivée n’a rien apporté aux activités sportives. « Depuis qu’elle est à la tête du Cous-Ac, nous n’avions rien eu d’elle » ; s’indigne un ancien responsable de l’Ensemble sportif des étudiants (Ese). Ghislaine Fagbohoun se cache derrière le décret présidentiel pris en Conseil des ministres le mercredi 5 Octobre 2016 qui interdit les activités de toutes les Associations d’étudiants dans toutes les universités publiques du Bénin pour ne pas venir en aide à l’Ese.

Le constat est amer, le sport universitaire est agonisant et presque mourant. Pour preuve, à ce jour, l’équipe de football de l’Uac végète dans la médiocrité avec une pente descendante. De la 1ère division, l’équipe de l’Uac est aujourd’hui reléguée en Vitalor Ligue 3 avec tous les problèmes du monde. Pour la nouvelle saison qui s’annonce, le président de l’Ese, Arnaud Orékan se bat tout seul comme un diable dans l’eau bénite. Même si l’équipe est prête pour démarrer la saison qui s’annonce, le président est livré à son sort et doit se battre pour remplir les formalités administratives et payer les frais d’assurance des joueurs. Le Basket-ball est absent de l’échiquier national, le Volley-ball est porté disparu et le Handball est dans un état comateux. 

Pendant ce temps, on organise ces Jeux Inter-campus 2019 dans un contexte particulier alors que la suspension n’est toujours pas levée. Pathétique ! A quoi sert alors l’organisation de ces tournois si le Cous-Ac qui devrait accompagner la vision du gouvernement qui est de révéler le Bénin par le sport refuse de financer les clubs universitaires. C’est de la pure comédie !

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.