Tuesday, October 4, 2022
L'Information Sportive en Continu


Football | 1 196 vues

Élection à la Caf : Qui en veut à Antonio Souaré ?

  Le président de la Fédération Guinéenne de Football (FEGUIFOOT) Mamadou Antonio Souaré, recalé par la commission de gouvernance de…



 

Le président de la Fédération Guinéenne de Football (FEGUIFOOT) Mamadou Antonio Souaré, recalé par la commission de gouvernance de la CAF pour les prochaines élections au comité exécutif de l’instance, n’a pas dit son dernier mot et semble décidé à se battre contre une décision hâtive, basée sur de fausses allégations et orchestrée par une main tapie dans l’ombre. Qui en veut au Président de l’Union des Fédérations-Ouest Africaine de Football (UFOA-Zone A) ?

 

Entre calomnies, cabales et dénonciations

 

Depuis l’annonce des candidatures à la présidence de la CAF et au sein de son comité exécutif, le président du Horoya, en raison de son influence réelle en Afrique de l’ouest et un peu partout sur le continent, est l’objet de toutes les convoitises. C’est ainsi qu’il a été sollicité et approché par tous les 4 candidats déclarés à la présidence de la CAF pour aider à les faire élire au soir du 12 mars à Rabat au Maroc. Cette situation, combinée au succès avéré de la dernière Assemblée Générale de l’UFOA-A, à Praia, a suscité de nombreuses jalousies au point de remettre au goût du jour cette hideuses campagne de dénonciations et de calomnies contre sa personne et ses activités professionnelles. Le prospère homme d’affaires guinéen, victime depuis plusieurs années d’agissements malsains de la part d’adversaires véreux, dénonçant et sabotant toutes ces initiatives pour le football de son pays, doit faire face cette fois-ci à l’internationalisation de cette cabale. La commission de gouvernance de la CAF , sur la base de simples articles de presse, souvent non-signés, a jugé utile de mettre en doute la bonne foi du président Antonio Souaré , présent dans les instance du football international depuis plus de 7 ans maintenant et sans aucun soucis. La faute, a des dénonciations anonymes, le confirmant encore comme propriétaire de la compagnie des jeux Guinée Games alors qu’il l’a cédé depuis 2016 pour investir dans une société de télécommunications.

 

Des actes notariés ignorés par la commission de gouvernance

 

Dans un questionnaire envoyé par la commission de gouvernance et relatif à ses activités professionnelles du moment, le président de la FEGUIFOOT, a apporté des réponses claires et sans équivoques, avec des documents signés par un notaire et confirmant son désengagement total du capital de Guinée Games. En plus d’autres pièces à convictions sur sa bonne foi et son honorabilité vis à vis de cette décision. Malgré ces actes notariés et une déclaration sur l’honneur du Notaire signataire de l’acte de vente de Guinée Games, la commission de gouvernance de la CAF, dirigé par l’ivoirien Brizoua-Bi, s’est empressée d’invalider la candidature du Président Antonio Souaré pour le comité exécutif de la CAF. Ce qui suscite des interrogations de la part de ce membre du comité exécutif de la CAF, déclarant sous anonymat ceci « Je ne sais pas qui en veut à Antonio Souaré mais cette décision a, à mon avis un soubassement politique. Antonio perçu déjà par l’ensemble des candidats comme un faiseur de rois, en raison de son influence grandissant, gêne certaines personnes qui voudraient l’anéantir et empêcher de décider de l’issue de cette élection prochaine. Il a le soutien de plusieurs présidents de fédérations qui juge cette décision injuste et inappropriée. »

 

Vers une farouche bataille judiciaire

 

Dans le camp du Président Antonio et en réponse à tous ces détracteurs, la riposte s’organise déjà avec le soutien de la plupart des présidents de la zone A de l’UFOA. Un pool de juristes chevronnés et décidés à faire revoir cette décision hâtive du comité de gouvernance, s’est déjà mis au travail et pousserait Antonio Souaré à contester cette décision au Tribunal Arbitral du Sport (TAS). La commission de gouvernance de la CAF avait fait croire à l’entourage du Président Antonio Souaré que le dernier mot revenait au comité exécutif de la CAF avant de publier à la grande surprise sa décision ce vendredi. Une initiative qui ouvre la porte à une vraie bataille juridique entre la commission et les avocats commis par le président du Horoya et non moins acteur majeur du football africain. Affaire à suivre…..

La Rédaction

Comments