Friday, October 7, 2022
L'Information Sportive en Continu


Roller-Sports | 7 065 vues

Roller Sports : Bel exemple de la Communauté béninoise en Rdc au monde

[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »] Les Écureuils du Bénin ont vécu le martyr au Congo-Kinshasa dans le cadre du 1st Africa…

7 065 vues , dans Roller-Sports , le 27 novembre 2019


[post_views icon_or_phrase= »Total count: » post_types= »post,page »]

Les Écureuils du Bénin ont vécu le martyr au Congo-Kinshasa dans le cadre du 1st Africa Roller Games. Outre les pressions sur la piste, Demba Diallo Rawdath, Abraham Amoussou, Henresth Houngbo, Bachirou Issoufou, Hermionne Ahouissou, Clarisse Larissa Otchoumaré, Kelly et Nelly Ahoueya sans oublier les autres, ont été traités comme des migrants clandestins. Heureusement, grâce à l’implication des fonctionnaires internationaux de la Communauté béninoise au Congo-Kinshasa, nos compatriotes ont pu avoir gain de cause. 

Ils n’étaient pas une communauté, mais une famille, que dire ? Des parents plutôt. Depuis le samedi 9 novembre 2019 qu’ils sont informés de la présence et des prouesses des Écureuils Roller, ils ont fait le déplacement massif du stade des Martyrs pour apporter leur soutien aux ambassadeurs à travers des chants et cris. 

Le dimanche 10 novembre 2019, ils étaient encore présents pour la cérémonie de clôture. Surprise ! Cette communauté internationale a fait parler sa fibre patriotique et offre un dîner royal aux Champions d’Afrique dans un restaurant de la place. Sourire aux lèvres, ça a mangé, ça a déchiré la viande et ça a bu dans une ambiance festive et conviviale. 

Dès lors, ils sont en contact de la délégation. Mercredi 13 novembre 2019, les portes des chambres des Écureuils fermées et leurs bagages confisqués ; les Écureuils sont en otage et en résidence surveillée. Informés, ces Béninois qui sont des fonctionnaires des nations unies et de la mission de maintien de la paix se mobilisent à nouveau. Leur geste est fort et plein, de sens : ils font des allées et retours ; discussions avec le gérant et enfin un soutien financier pour la restauration et pour l’hébergement et les Écureuils retrouvent le sourire. 

Alors qu’on pensait que c’était la fin du calvaire des Écureuils, la journée du jeudi 14 novembre 2019 est plus chaotique. Deuxième jour sans se laver et dans le même vêtement. Le Colonel et sa troupe sont revenus à la charge, négocient et obtiennent la libération d’un otage. Oui, la porte de l’un est ouverte pour nous permettre à la délégation de rentrer en possession des documents administratifs. Début de solution. Ainsi, la communauté béninoise au Congo-Kinshasa décide d’alerter le pays. Ils appellent le Secrétaire général du ministère des Sports et lui porte l’information. Sous leur pression et leur soutien, le Ministre Oswald Homéky et celui des affaires étrangères et de la coopération sont mis au courant. Une réunion d’urgence est convoquée et la solution est trouvée. La dette que la Fédération congolaise refuse de payer est reconnue par l’Etat béninois. 

Décidément, la communauté béninoise au Congo-Kinshasa ne cesse de surprendre. Tôt, ce vendredi, ils rejoignent l’hôtel des Écureuils pour les formalités. La dette est payée vers 15 h. Mais les Écureuils ne peuvent plus traverser le fleuve Congo. Ils doivent à nouveau dormir au Congo-Kinshasa et changent d’hôtel. Tout ceci sous la couverture de la communauté béninoise au Congo-Kinshasa qui intervient finalement.

En somme, cette communauté béninoise au Congo-Kinshasa a donné une belle leçon de fraternité, de convivialité et d’amour. Ils ont prouvé qu’ensemble on est plus fort. Sans cette communauté béninoise au Congo-Kinshasa ‘’ Chantou ‘’ nous aurait mangés vivants…

Comments


Laisser un commentaire


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.